Rencontre de vérité au ministère du commerce

La flambée des prix des denrées de première nécessité au cœur des discussions

Le jeudi 10 mars 2022, Madame Alimatou Shadiya ASSOUMAN, Ministre de l’Industrie et du Commerce, a tenu une séance de travail avec les grossistes et responsables des grandes surfaces alimentaires de Cotonou. Au cœur des discussions, la flambée des prix des produits de première nécessité. Que faire pour soulager la souffrance des consommateurs béninois face à la flambée des prix des produits de première nécessité ? Voilà le principal objectif visé par la séance de travail que la Ministre a eue avec les grossistes et responsables des grandes surfaces alimentaires de Cotonou. 
Tenu à la Salle VIP du Ministère de l’Industrie et du Commerce (MIC), ce rendez-vous d’échanges a permis de mieux comprendre la situation, et surtout d’envisager des mesures visant à soulager les consommateurs. 
Sous la supervision de Madame Alimatou Shadiya ASSOUMAN, Ministre de l’Industrie et du Commerce, et en présence de Aristide MEDENOU,Nicolas YENOUSSI et Issa IDRISSOU, respectivement Directeur Général de l’Économie, Directeur Général des Impôts et Directeur de la Législation et des Relations Internationales de la Douane, ces opérateurs économiques ont égrené un chapelet de situations et de difficultés justifiant la hausse des prix des produits. Entre autres, le coût élevé du fret dû à la Covid-19 ayant entrainé la rareté des containers, le Certificat d’Origine, la surenchère des intermédiaires, la concurrence déloyale des petits commerçants, l’incertitude du lendemain...etc. 

Invite au respect de la législation

Après avoir écouté ses interlocuteurs et surtout les explications du Directeur Général de l’Économie, du Directeur Général des Impôts et du Directeur de la Législation et des Relations Internationales de la Douane qui ont exposé les efforts du gouvernement pour faire baisser la tension sur le marché, la Ministre de l’Industrie et du Commerce s’est offusquée du fait que les effets positifs attendus ne se font pas ressentir sur le terrain. Notamment au niveau du riz importé. Car entre janvier et février 2022, tout le stock au Port Autonome de Cotonou est dédouané avec un taux forfaitaire de la Taxe sur Valeur Ajoutée (TVA).

De même, selon le représentant de l’administration douanière, il n’y a presque pas eu de variation de la TVA liée aux autres produits de grande consommation tels que le lait, l’huile, le sucre ...etc. À l’en croire, il a fallu rappeler les importateurs de motos à l’ordre pour voir les prix revenir à des proportions raisonnables. « Donc en dehors de la hausse du fret qui est un phénomène exogène, il n’est pas juste de faire croire que le gouvernement ne fait rien pour soulager les consommateurs... », s’est-il désolé. Toutefois, il a rassuré qu’une batterie de mesures sont en études pour la bonne cause. 
Selon la Ministre de l’Industrie et du Commerce, la spéculation doit cesser, et chacun doit apporter sa contribution pour que les consommateurs profitent des mesures palliatives mises en œuvre par le gouvernement du Président Patrice TALON. Madame Alimatou Shadiya ASSOUMAN a aussi invité au respect de la législation en vigueur. Notamment l’affichage des prix pour une bonne transparence dans les transactions. Car dès la semaine prochaine, le contrôle sera renforcé sur le terrain, et les contrevenants subiront la rigueur de la loi, a-t-elle prévenu.

Pour sa part, Monsieur Ernest GBAGUIDI, Président de ‘’Bénin Santé et Survie du Consommateur’’ qui a porté la voix des consommateurs, assure apprécier à sa juste valeur les efforts du gouvernement, et souhaite que les opérateurs économiques jouent véritablement leur partition afin que le marché de la consommation soit moins tendu pour tout le monde.

PFCom/MIC